Rompre un contrat apprentissage : agir vite ?

Petite question du jour :

Un employeur souhaite se séparer d’un apprenti, présent dans l’entreprise depuis le 15 janvier 2021, en raison de ses absences injustifiées, trop nombreuses à son goût. Il décide de s'en séparer et rompt le contrat d'apprentissage pour faute grave.

Ce qu'il ne peut faire que pendant les 45 premiers jours, conteste l'apprenti...

A tort ou à raison ?

Petite question du jour :

Un employeur souhaite se séparer d’un apprenti, présent dans l’entreprise depuis le 15 janvier 2021, en raison de ses absences injustifiées, trop nombreuses à son goût. Il décide de s’en séparer et rompt le contrat d’apprentissage pour faute grave.

Ce qu’il ne peut faire que pendant les 45 premiers jours, conteste l’apprenti…

A tort ou à raison ?

La réponse n’est pas toujours celle que l’on croit…
La bonne réponse est…
A tort
L’employeur (ou l’apprenti) peut rompre le contrat d’apprentissage de manière unilatérale uniquement pendant les 45 premiers jours, consécutifs ou non, de formation en entreprise effectués par l’apprenti.

Une fois passé cette « période d’essai », le contrat d’apprentissage ne peut être rompu, en principe, que d’un commun accord et constaté par un écrit signé des deux parties.

Néanmoins, pour les contrats d’apprentissage conclu depuis le 1er janvier 2019, le contrat peut être rompu à l’initiative de l’employeur, passé le délai de 45 jours et sur justification, en cas de force majeure, de faute grave de l’apprenti ou d’inaptitude constatée par le médecin du travail.

écrit par
Benjamin Gatiniol

Benjamin Gatiniol

Responsable Marketing & Communication d'Auverco

Pour recevoir toutes les actualités
abonnez-vous à notre newsletter