Newsletter Coronavirus #26

Heureux de partager avec vous cette vingt-sixième édition de notre newsletter.

Le 16 juin dernier, l’heure était aux bonnes nouvelles. Au sortir du Conseil des ministres, Jean Castex annonçait la fin du port du masque obligatoire en extérieur dès le lendemain. Ô Joie ! Et la levée du couvre-feu trois jours plus tard, avec dix jours d’avance sur le calendrier initial du déconfinement. Re-joie ! L’été 2021 s’annonçait radieux.

C’était il y a un mois tout juste. Entre-temps, les Français ont repris goût à la vie quasi normale, ils ont retrouvé le chemin du bureau et le plaisir de travailler sur site avec leurs collègues, ils ont retrouvé une vie sociale. Le moral et l’économie ont repris de belles couleurs.

Et les Français ont continué de se faire vacciner. Suffisamment ? Au 14 juillet, 42,82 % seulement étaient complètement vaccinés. Au point que dans certains vaccinodromes, on s’ennuyait ferme. En parallèle, les cas de contamination ont doublé entre le 9 et le 16 juillet. Selon les propos du ministre de la Santé tenus le 15 juillet, « 96 % des Français qui ont contracté le Covid avec des symptômes [entre le 5 et le 11juillet] n’étaient pas vaccinés ». Et la majorité des cas est due au variant Delta, en France comme partout dans le monde.

Las. Un mois plus tard, Emmanuel Macron, qui souhaite à tout prix « éviter d’autres mutations du virus peut-être plus dangereuses encore », a donc sorti l’artillerie lourde, le 13 juillet, lors d’une adresse aux Français : « dans un premier temps », les personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour personnes en situation de handicap, professionnels ou bénévoles au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile, ont jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner. Au-delà de cette date, une loi à venir dans le courant de l’été prévoirait des « contrôles » et des « sanctions ». En outre, le président a prévenu que, « en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français ».

Seconde salve : le chef de l’État a annoncé l’extension du passe sanitaire, actuellement réservé aux activités de culture et de loisirs rassemblant plus de 1 000 personnes, aux activités du quotidien à compter de 50 personnes, « pour tous nos compatriotes de 12 ans et plus ». Dès le 21 juillet pour les lieux de culture et de loisirs, et à compter du mois d’août pour les « cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, mais aussi les avions, trains, cars pour les longs trajets ». Les « clients, usagers ou salariés » seront concernés, a-t-il précisé, ajoutant que l’évolution de la situation sanitaire dans les prochains mois pourrait conduire le gouvernement à examiner « l’extension du passe sanitaire à d’autres activités ».

Une loi attendue dans le courant de l’été précisera tous les critères. Certains ont déjà bougé depuis l’allocution présidentielle. Les jeunes de 12 à 17 ans, par exemple, ne seront finalement concernés par le passe sanitaire qu’à compter du 30 août afin de ne pas déstabiliser l’organisation des vacances pour ceux qui devaient prendre le train, l’avion ou le car.

En attendant, profitons tant que faire se peut de l’été et restons prudents.

Vous êtes désormais au point sur ce qui nous attend dans les semaines à venir, voici d’autres informations qui pourraient vous intéresser.

Benjamin Gatiniol

Benjamin Gatiniol

Responsable Marketing & Communication d'Auverco

Ajouter un commentaire

Newsletter Covid-19

Chaque semaine retrouvé notre dossier concernant les dernières actualités liées au coronavirus.

Inscrivez-vous

Suivez-Nous

Les derniers Flash info Covid

Suivez-nous