Newsletter Hebdo #111

Heureux de vous retrouver avec cette cent onzième édition de notre newsletter.

 

Les ETI françaises anticipent un ralentissement de leur activité en 2023, révèle la 13e enquête annuelle de conjoncture auprès des ETI de BpiFrance, qui se penche sur la santé des entreprises en contexte inflationniste. Ces dernières sont en proie aux difficultés de recrutement, à la hausse des coûts de production et au tassement des carnets de commandes. Les secteurs de l’industrie et de la construction seraient plus touchés car globalement plus exposés à ces contraintes. De plus, elles anticipent une nette augmentation de leur facture énergétique.

 

 

Voici les points clés à retenir de l’étude :

 

Activité. Les ETI anticipent un ralentissement de leur activité en 2023, victimes de difficultés de recrutement, de à la hausse des coûts de production et du tassement des carnets de commandes. L’industrie et la construction seraient plus touchées car globalement plus exposés à ces contraintes.

 

Prix de l’énergie. 1 ETI sur 4 prévoit une multiplication par deux ou plus du prix de la facture énergétique, notamment en raison de la renégociation des contrats à prix fixe avec les fournisseurs d’énergie. Pour une majorité des ETI, ces hausses ne contraignent pas l’activité mais pourraient entamer leur compétitivité. En effet 44 % des ETI pensent répercuter les augmentations des coûts de l’électricité sur les prix de vente. Les secteurs de l’industrie et de la construction sont les plus concernés.

 

Emploi. Les perspectives de création d’emploi résistent. La dynamique serait proche de celle d’avant crise. Elle s’accompagne de difficultés de recrutement pour les trois quarts des ETI. Dans un contexte également marqué par l’inflation, la majorité des dirigeants (94 %) prévoit d’augmenter les salaires de leurs collaborateurs. 51 % prévoient une hausse supérieure à celle accordée en 2022. En moyenne, les salaires augmenteraient de 3,9 % dans les ETI.

 

Résultats. Dans ce contexte, les ETI anticipent une baisse de leurs marges nettes (45 % des ETI) et une trésorerie moins favorable (solde d’opinion à -7, soit 9 points sous sa moyenne de long terme). Afin d’atténuer le choc, 67 % des ETI envisagent d’augmenter leurs prix de vente en 2023, ce qui devrait peser sur leur compétitivité. 

 

Transition écologique. L’indicateur prévisionnel relatif à l’investissement recule de 12 points par rapport à 2022, pour atteindre +18. Les investissements dédiés à la transition écologique et énergétique seraient un peu plus dynamiques que les investissements pris dans leur ensemble (leur poids dans les investissements totaux atteint 16 %, +2 points par rapport à 2022). 44 % des ETI investissent ou comptent investir pour réduire la facture énergétique.

 

Développement. Les projets de développement en France ou à l’étranger se maintiennent. 20 % d’ETI déclarent envisager de créer une filiale en 2023, une proportion stable par rapport à 2022. L’UE reste de loin la première zone d’implantation de filiales (70 % des projets d’implantation) mais la part à destination des pays d’Amérique du Nord et d’Asie est en nette hausse.

 

Restez au fait de toutes les informations pour votre entreprise en ouvrant notre newsletter PDF, votre source incontournable pour découvrir les dernières actualités !

 
Benjamin Gatiniol

Benjamin Gatiniol

Responsable Marketing & Communication d'Auverco

Ajouter un commentaire

Newsletter Hebdo

Chaque semaine retrouvé notre dossier concernant les dernières actualités liées à votre activité

Inscrivez-vous

Suivez-Nous

Les dernières actualités

Suivez-nous